Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun - Houses In The Sun
Teléfono España

+34 667 592 527

Telefon Sverige

+46 731 830 728

Téléphone France / Belgique

+32 485 500 790

Ajouter un Widget "CT comparer" via apparence > Widgets > comparer.

BIENVENUE À CAMPOAMOR

PROPRIÉTÉS À VENDRE À CAMPOAMOR

  • Nouvelle construction
    Villa Gemma - 2 Chambres

    Campoamor, Alicante

    569 000€ + Les taxes

    VILLA GEMMA En entrant dans la maison, vous avez la réception séparée, la cuisine à aire ouverte entièrement meublée avec toutes les armoires hautes...

    • 2
    • 2
    • Garage privé
    • 92m²
    • 500 m2
    • Campoamor
    • Chalet
  • Nouvelle construction
    Villa Gemma - 3 Chambres

    Campoamor, Alicante

    649 000€ + Les taxes

    VILLA GEMMA En entrant dans la maison, vous avez la réception séparée, la cuisine à aire ouverte entièrement meublée avec toutes les armoires hautes...

    • 3
    • 2
    • Oui
    • 134m²
    • 500 m2
    • Campoamor
    • Chalet
  • Nouvelle construction
    Villa Silvia Avec 3 Ou 4 Chambres

    Campoamor, Alicante

    669 000€ + Les taxes

    VILLA SILVIA Spectaculaire villa modèle Silvia avec 3 ou 4 chambres, 3 salles de bains et 1 toilette située sur un terrain de 500...

    • 3, 4
    • 3 + 1
    • Privé
    • 157m²
    • 500 m2
    • Campoamor
  • Nouvelle construction
    Villa Marta

    Campoamor, Alicante

    799 000€ + Les taxes

    VILLA MARTA En entrant dans la maison, vous avez une réception séparée avec une armoire, un spacieux salon-salle à manger avec de grandes fenêtres...

    • 4
    • 4
    • Oui
    • 197m²
    • 500 m2
    • Campoamor
    • Chalet
  • Nouvelle construction
    Villa Penelope

    Campoamor, Alicante

    799 000€ + Les taxes

    VILLA PENELOPE En entrant dans la maison, vous avez une réception séparée avec une armoire, la chambre principale est grande avec une grande salle...

    • 3
    • 3 + 1
    • Oui
    • 194m²
    • 500 m2
    • Campoamor
    • Chalet
  • Nouvelle construction
    Villa Greta

    Campoamor, Alicante

    824 000€ + Les taxes

    VILLA GRETA En entrant dans la maison, vous avez un salon-salle à manger spacieux et lumineux avec accès à l’extérieur. Des toilettes invités. La...

    • 4
    • 4 + 1
    • Oui
    • 225m²
    • 500 m2
    • Campoamor
    • Chalet

CAMPOAMOR ET SON HISTOIRE

L’histoire de la Dehesa de Campoamor

Au début du XIXe siècle, par le biais du décret du 11 octobre 1835, Mendizábal applique la confiscation qui a fait son nom dans l’histoire. Tous les terrains et bâtiments appartenant à l’Église sont passés à l’État et parmi eux le domaine de la Dehesa de San Ginés, populairement connue sous le nom de Matamoros à Campoamor, car en plus du couvent, c’était une tour très efficace contre les invasions berbères. Ce domaine appartient à l’Église depuis 1350, année de la création de la confrérie et de l’ermitage du Saint.

En 1822, au cours de la période biennale constitutionnelle, l’État est intervenu sur la ferme et l’a revendue aux deux tiers à D. Guilllermo Maclure, beau-père de D. Ramón de Campoamor. Mais au retour de l’absolutisme au pouvoir, la propriété a été restituée aux Pères Mercédaires. En 1835, en raison de la confiscation, il revint à M. Maclure.

Les origines de l’urbanisation sont liées au poète Ramón de Campoamor (dont la maison d’été est à moins de deux kilomètres de l’urbanisation, au cœur d’une pinède qui atteint la plage elle-même), qui, étant gouverneur de la province d’Alicante en vers 1854, après avoir contracté le mariage avec Guillermina O´Gorman, le père de Gillermina lui a donné la Dehesa de Matamoros qui serait appelée Dehesa de Campoamor à la mort du poète.

L’écrivain a été étroitement lié à cet endroit toute sa vie, auquel il est retourné temporairement en 1868 lors du soulèvement républicain de Madrid pour se réfugier avec sa famille et plus tard en 1890 après la mort de sa femme pour y prendre une retraite définitive.

En 1941, il a été acquis par Don Antonio Tárraga et Don Manuel Segura, qui ont commencé leur transformation agricole, en faisant des puits, en promouvant rationnellement les cultures et en commençant des plantations d’agrumes.

Années 60 et 70

Les premières constructions ont été créées à la fin des années 60, principalement destinées aux classes les plus favorisées de l’époque. A cette époque, le groupe de bâtiments “Ronda”, le bâtiment emblématique “10 Picos”, le jardin en face du port, où un monument a été placé en l’honneur de Don Antonio Tárraga, le principal promoteur et propriétaire de la propriété à l’époque depuis le début de la création de l’urbanisation jusqu’à sa mort, et la première prairie, entre le bâtiment «Thames» et «10 pics», une grande aire de jeux pour les enfants. Il convient de noter alors l’implantation d’origine, d’un ascenseur dans le bâtiment «Miraver», qui enregistre la différence d’altitude entre la plage et le reste de l’urbanisation, c’est-à-dire la hauteur du «ravin blond», qui était destiné à être utilisé pour descendre vers la plage et en monter sans trop d’effort, usage qui est encore donné avec beaucoup de succès.

Les décennies des années 60 et 70 ont apporté avec elles la plus grande expansion urbaine de la Dehesa de Campoamor. A cette époque, la plupart des grands immeubles que l’urbanisation a été projetés et qui sont regroupés au-dessus, après la “Playa de Barranco Rubio”, qui ont été baptisés avec les noms des rivières d’Espagne et d’Europe, de la même de sorte que dans l’agencement urbain, il a été décidé de nommer les rues avec les noms de grands poètes espagnols, peut-être pour suivre la chaîne inaugurée par le poète propriétaire du domaine d’origine.

Avec les nouvelles demandes de services et le respect des initiatives législatives correspondant à la nouvelle situation politique qui est apparue, et avec l’approbation des normes sanitaires et autres, les plages sont de plus en plus équipées des équipements les plus appropriés pour recevoir la visite à chaque fois. plus nombreux de baigneurs.

Le complexe duplex Las Villas a également été construit et les surfaces disponibles ont été cloisonnées pour abriter à l’avenir un groupe de chalets A (dans le quartier Las Villas), B et C (derrière Playa de la Glea et à côté de la de la pinède qui surplombe le «ravin du loup», d’un côté et de l’autre de l’ancienne autoroute générale) et D (au-dessus de la Playa de Barranco Rubio) et la zone en terrasses Gemini.

Toujours à ces dates, le port sportif a été inauguré, construit sur la petite plage entre la caserne, à côté de la résidence du seul policier existant à l’époque, et de l’emplacement actuel du NáClub Náutico˝. Cet emplacement a été décidé après avoir rejeté une proposition qui avait été jugée meilleure par l’arrêt où se termine la grande plage et ce qui a été appelé «Altos de Campoamor» et sa plage adjacente commence. Le Yacht Club a été pendant de nombreuses années le centre de la vie sociale des vacanciers.

Tous ces projets ont été conçus autour de la “Playa de la Glea” plus connue sous le nom de “grande plage” et de “blonde ravine” ou “plage de 10 sommets”, ainsi appelée familièrement précisément parce qu’elle est située sous ce bâtiment. Aujourd’hui, elle est également connue sous le nom de “petite plage”.

Années 80 et 90.

Dans les années 80 et 90, la Dehesa s’est dotée des services nécessaires de magasins, d’installations sportives, de bars et de restaurants qu’exigeait l’afflux de touristes.

À ce moment, la construction des complexes résidentiels de Los Altos de Campoamor, Victoria Playa et Agua Marina est terminée, ce qui complète pratiquement la superficie disponible.

“La prairie appartenait à un couple marié qui était ami avec mes parents, sans enfants. Antonio Tarraga Escribano et Encarnación Segura Viudas. Deux mille cinq cents hectares de pins d’Alep, de mastic, de caroubiers et d’amandiers, avec leur propre côte, dans cette Espagne pauvre et autosuffisante.

Le samedi, mon père a accompagné le propriétaire du pâturage pour déposer dans une banque à Carthagène toute la collection de la semaine que Don Antonio a obtenue en tant que correspondant pour les banques de San Pedro del Pinatar. A cette époque, les banques n’avaient pas de succursales dans une grande partie des villes et elles autorisaient le chef ou les riches de la région à collecter les lettres de change acceptées par les habitants. Cela laissait une bonne commission et exigeait de l’honnêteté et de la netteté dans la gestion des fonds.

Aux interminables parties de poker, des aviateurs de l’Académie générale de San Javier se sont joints, en plus d’Ernesto, qui était l’administrateur du domaine et du couple Maura, Juan et Menchu. Il était directeur de l’Unión Salinera Española

Ni Doña Encarnita, la maîtresse de maison, ni Marisa, sa compagne, ne se mêlaient à eux qu’aux repas et aux messes.

L’environnement féminin a été complété par les gardes. La fille de ceux qui s’occupaient de la Casa Grande s’appelait Pilar Treviño et elle était très gentille et jolie. Candelaria s’occupait de la petite maison sur la plage. Il avait deux ou trois enfants blonds et pieds nus.

Pepe, celui avec la tartana, chantait très bien le flamenco.

Le dimanche, le curé de Pilar de la Horadada s’est approché du domaine pour prononcer la messe dans la chapelle de la Casa Grande à 12 heures. Avant, il a avoué.

Par Manuel Maria Torres Rojas, secrétaire général de l’AEB (Association espagnole de banque privée)

«Les pâturages autour des lagunes de Torrevieja et de La Mata ont été loués par l’État à ces éleveurs, dont certains se souviennent jusqu’à récemment.
Parmi les derniers éleveurs transhumants, nous nous souviendrons de Martín Artigot Lorente, né en 1887, à Monterde de Albarracín (Teruel), qui fut le berger qui a changé l’histoire de Pilar de la Horadada. Il paria sur les terres pilariennes et en 1927 il prit sept grandes fermes, comme “Lo Monte”, pour 275 000 pesetas en 1929, s’y installant et y travaillant le reste de sa vie. En plus de l’agriculture, ils avaient du bétail, des porcs, des mules et des vaccins.

Il a attiré d’autres indigènes de Murcie, Albacete, Cuenca et Teruel, parmi lesquels Domingo Soler Pascual “el Rondas”, originaire de Tella (Teruel), l’une de ses majors, qui a épousé le Torrevieja Rosario Soler Orihuela “la Perdía »-Mère de l’actuel conseiller de Torrevieja Domingo Soler et Rosario, vice-président du Casino-, témoin du mariage Victoria Artigot, fille du fermier de Teruel

 Cliché de Martín Artigot avec le bétail, les bergers et sa petite-fille à la ferme «Lo Monte». / Photo du livre

Un autre éleveur transhumant, Pascual del Baño García, originaire de Cuenca, avec son beau-père Joaquín Ortuño Lorente – une personne bien située dans l’environnement rural de San Miguel de Salinas – étaient les acheteurs, le 10 juin 1920, de la Dehesa de Campoamor était vendu par Ramón Rodríguez-Valverde y Campoamor, neveu du célèbre poète. Ils ont payé le montant de 450 000 pesetas, un montant considérable pour l’époque, bien que certainement justifié, puisque les nouveaux propriétaires ont obtenu au cours de leur première année de jouissance le montant de 160 000 pesetas, juste pour couper des pins. Le 7 décembre 1922, Pascual del Baño García acheta à Ortuño la moitié qu’il avait acquise deux ans plus tôt. Le propriétaire également du domaine de La Coronela, à San Miguel de Salinas, et marié à la fille de son ancien copropriétaire, Manuela Ortuño Galant, a inauguré sa possession de Campoamor avec une coupe de pin, ce qui a laissé de vastes zones du domaine dépourvues de végétation arboricoles, ils ont commencé plusieurs essais d’agriculture intensive et extensive.

L’activité d’élevage, justifiée dans le commerce de marchand de bétail, était en continuité avec son fils Pascual del Baño Galant, marié à la Torrevieja Conchita Mateo Freixa, à travers une entreprise à grande échelle dans ce secteur, se soutenant au moyen de plusieurs élevages et quelques conseils de chèvre, essayant également l’élevage de taureaux de combat, pour lesquels il a demandé l’avis du torero valencien Vicente Barrera, l’ami proche du propriétaire.

Tout au long de la guerre civile, les républicains ont fait des tentatives frustrées de collectivisation dans la Dehesa, en continuant à abattre les arbres, et l’abattage des pins a été très considérable. À la fin de la guerre, Pascual del Baño Galant a repris le contrôle du domaine, dont l’état était tel que l’écrivain de Pila José Toro Pérez le décrivit comme “un immense terrain vague”. Toutes les circonstances ont conduit le propriétaire à considérer la nécessité de vendre la Dehesa de Campoamor à Antonio Tárraga Escribano, comme ce fut le cas le 2 janvier 1941. »

Information tirée de Francisco Sala Aniorte / Chroniqueur officiel de la ville de Torrevieja 03.17.2018

La Dehesa de Campoamor est un endroit différent. Pour commencer, en raison de son origine, que l’on peut déjà voir dans le nom du lieu: Dehesa de Campoamor, anciennement Dehesa de Matamoros. Pourquoi le nom change-t-il? Pour répondre à cette question, il faut tenir compte de la figure du poète et écrivain réaliste Ramón de Campoamor (1817-1901). Souvent comparé à José Zorrilla, il fut un auteur de grand succès et de reconnaissance en son temps, auteur de pièces de théâtre, de poèmes, d’essais philosophiques, au sein d’un style marqué du XIXe siècle accusé d’être dépassé par ses contemporains.

Littératures à l’écart, Ramón de Campoamor était gouverneur de la province d’Alicante vers 1854 et après son mariage avec la Guillermina irlandaise O’Gorman, il a acheté la Dehesa de Matamoros, à laquelle il a ensuite donné son nom. Sur ce point, il existe plusieurs versions, car on dit que c’est son beau-père qui lui a vraiment donné le terrain. En tout cas, il était une personne étroitement liée à cette terre, où il passa des saisons de refuge politique, lors du soulèvement républicain de 1868, et à partir de 1890, après la mort de sa femme, pour se retirer jusqu’à sa mort, onze ans plus tard.

La splendeur touristique de Dehesa de Campoamor était parallèle au développement de cette activité dans le reste de l’Espagne et à partir des années 1950, elle a commencé à incorporer ses propres bâtiments et infrastructures autour de la plage de La Glea. Ainsi, le groupe de bâtiments Ronda et l’emblématique 10 Picos ont été construits, le jardin du port et de petites avancées techniques telles que l’ascenseur du bâtiment Miraver, ce qui permet d’économiser la différence d’altitude entre la plage et le reste de l’urbanisation.

À partir des années 60 et 70, l’endroit s’est développé à un bon rythme, avec la construction de la plupart des bâtiments qui composent le paysage urbain actuel, auxquels ont été attribués des noms de rivières et des noms d’Europe, tandis que les rues ils ont été baptisés du nom des poètes, en clin d’œil au nom de la ville.

Actuellement, il y a peu d’espace à développer, donc l’objectif des autorités et l’attitude de ses visiteurs seraient de préserver et de maintenir ce coin agréable du sud de la Communauté de Valence dans le meilleur état possible.

Hôtel Montepiedra de Campoamor, où j’ai séjourné pendant plus de 20 ans, qui appartenait à Antonio Tárraga, qui était coureur et collecteur de factures pour la campagne à vélo, qui a épousé Dª Encarnación Segura Viudas, qui avait 1,20 ans et venait de La Catalogne, de la famille des cavas Segura Viudas, Conde de Caralt, …, et a passé des saisons dans le Pilar de la Horadada où il avait un domaine Torre Segura. Ils et les beaux-frères Antonio et Manuel Segura Viudas ont acheté le domaine de Campoamor pour 600 000 pesetas.

Le propriétaire actuel de l’hôtel et Campoamor est le petit-fils neveu D. Manuel Segura Vallejo, qui vit à Murcie et est marié à Maria Antonia García Noguera et ils ont plusieurs sociétés: Villas de Campoamor, Urbanización Dehesa de Campoamor, Construcciones Dehesa de Campoamor

Le président-directeur général est actuellement Maria José Samper Henarejos, qui a 3 sœurs: Reyes, directrice de l’Institut de développement de Murciano, Momtserrat qui est écrivain et Julia qui est enseignante à San Javier.

Lire Plus

VIDÉO DE CAMPOAMOR

Lire la vidéo

Si vous êtes intéressé par une villa ou un terrain pour construire une villa de votre choix, chez Houses In The Sun nous serons heureux de vous aider

Lors de l’envoi d’un formulaire, des données telles que votre adresse e-mail et votre nom stockées dans un cookie sont demandées afin que vous n’ayez pas à les compléter à nouveau lors de futurs envois.
En soumettant un formulaire, vous devez accepter notre politique de confidentialité.

Responsable des données: Gema Rodríguez Carrero.
Objectif: répondre aux demandes du formulaire.
Légitimation: Votre consentement exprès.
Destinataire: Gema Rodríguez Carrero (données stockées uniquement dans le client de messagerie).
Droits: Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité et d’oubli de vos données.

PLUS D'INFORMATIONS / RÉSERVER UNE VISITE

Si vous souhaitez plus d'informations ou si vous souhaitez réserver une visite à la maison pilote des villas Sun Breeze, n'hésitez pas à nous contacter.

ADRESSE

  • CALLE ANACARDO 35
  • 30700 MAR MENOR GOLF RESORT
  • TORRE PACHECO

TELEPHONE & EMAIL

  • +34 868 089 515
  • +34 667 592 527
  • +46 731 830 728
  • info@housesinthesun.net
Abrir chat