Suède

0034 731 830 728

France

0032 485 500 790

Belgique et Hollande

0032 494 055 529

BIENVENUE À TORREVIEJA

PROPRIÉTÉS À VENDRE À TORREVIEJA

  • À vendre
    Appartements Torremar Iv

    Torrevieja, Alicante

    À partir de 107 255€ + Les taxes

    Appartements lumineux et spacieux de 2 chambres et 2 salles de bains avec une grande terrasse situés dans le complexe résidentiel Torremar IV, dans...

    • 2
    • 2
    • Privé - Á partir de 6.000 €
    • 81m²
    • 1 324,14€
    • 2008
    • Torrevieja
    • Appartement
  • Vendu
    Playa Del Cura, Appartement 3 Chambres

    Torrevieja, Alicante

    299 950€ + Les taxes

    Appartement de 91 m2 récemment rénové sur le front de mer de Torrevieja, Playa del Cura. Il est orienté plein sud et se compose...

    • 3
    • 2
    • 111m²
    • Torrevieja
    • Appartement

TORREVIEJA ET SON HISTOIRE

Alors que la plupart des villes commencent à s’installer dans des vallées ou des montagnes fertiles, près des rivières ou des ports, Torrevieja a sa raison d’être grâce aux deux lagunes salées et à la tour d’où elle tire son nom.

En 1320, la Torre de la Mata a été reconstruite, alors appelée Turris de las Salinas de la Mata, sous le règne de Don Jaime II. Celui-ci est élevé sur les ruines d’un autre existant, probablement d’origine romaine. En même temps, la Cabo Serven ou la Tour Cabo Cervera, connue sous le nom de Torre del Moro, est reconstruite.

Le but de ces tours était de servir d’abri à un détachement qui gardait la côte pour prévenir d’éventuelles attaques de corsaires ou de pirates berbères.

Afin de diminuer la concentration de sel dans la lagune alors appelée Orihuela (aujourd’hui Torrevieja), le roi d’Aragon, Don Fernando el Católico en 1482, ordonna la construction d’un canal de communication entre la lagune et la mer. Ce canal ou canal est connu à Torrevieja comme “Acequión”.

En 1767, le botaniste Antonio Cavanilles, dans son étude géographique du Royaume de Valence, a trouvé ce qui pourrait être le premier document écrit de l’existence de Torrevieja en tant qu’établissement urbain. Le document se lit comme suit: “Adjacent au cap Cervera, en regardant vers le sud-ouest, une ville appelée Torre-Vieja s’est formée, où il y a vingt-cinq ans, il y avait trois familles, et actuellement (1792) 106 familles, presque toutes occupées dans les diverses tâches de les marais salants que nous allons décrire. “

En 1772, comme pendant plusieurs années, la lagune appelée Guardamar, (actuellement de la Mata) était dédiée à l’extraction du sel, concentrée dans ses environs un petit centre de population formé par les journaliers des Salines mentionnées et les soldats de la Tour . L’attention religieuse portée à ces habitants a permis la construction de la paroisse de Nuestra Señora del Rosario.

En raison de l’excellente qualité du sel qui est apparu dans la lagune d’Orihuela (Torrevieja), en 1776, les expéditions de ce produit ont commencé à être effectuées à la Torre-Viexa ou Torrevigía, qui était le point le plus proche des Salinas et quoi de mieux conditions naturelles réunies.

En 1777, les travaux ont commencé sur une petite jetée à proximité de Torrevieja et un dépôt de vente (Eras de la Sal). La délimitation d’un propre terme municipal est décrétée, par arrêté royal, par ségrégation d’Orihuela. La population existante à cette époque était d’environ 400 habitants.

La population de Torrevieja en 1789 dépassait les 500 habitants et la construction d’un ermitage devint nécessaire. Carlos IV a autorisé la construction de celle-ci qui, filiale de la paroisse de La Mata et dotée d’un vicaire, a été consacrée le 21 mai par l’évêque d’Orihuela, Don José Tormo.

En 1802, par arrêté royal de Carlos IV, les bureaux de Salinas de la Mata ont été transférés à Torrevieja. Peu de temps après, l’élaboration d’un plan de construction de la ville avec l’actuel a été approuvée, alors qu’en réalité le nombre d’habitants était d’environ 1 500.

En 1805, le premier quai commercial de Torrevieja a été construit, permettant ainsi d’expédier les produits du verger Vega Baja vers différents points de la côte espagnole. Le nom de cette jetée était Mínguez, également connu sous le nom de del Turbio.

Don Manuel Godoy, ministre du roi Carlos IV, en 1806, en raison du mouvement maritime qui existait dans la ville, a ordonné de construire un bureau de douane à Torrevieja.

La construction du temple de l’Immaculée Conception commence, du fait que l’évêque d’Orihuela a ordonné que la paroisse déménage à Torrevieja et que l’église de La Mata reste avec le presbytère de cette dernière.

En 1810, en raison d’une épidémie de fièvre jaune déclarée à Carthagène, les 30 députés de Levante et leurs familles durent suspendre leur voyage de cette ville à Cadix, où ils durent se rendre aux Cortès, devant se réfugier à Torrevieja pendant 27 jours.

Les tremblements de terre des 21 mars et 18 avril 1829 ont complètement dévasté la ville. Fernando VII a ordonné la reconstruction de Torrevieja selon les plans élaborés par l’ingénieur Don José Agustín de Larramendi.

En 1867, le casino Numancia a été fondé, qui deviendra, en 1882, la société culturelle du casino Torrevieja. Cette année-là, la ligne de chemin de fer de la Compañía de Andaluces Alicante-Murcie, dont dépend la succursale de Torrevieja-Albatera, a été inaugurée, avec l’aide de l’acte du chef du gouvernement, M. Antonio Cánovas del Castillo.

En 1898, à la suite d’un plan de modernisation de Las Salinas, une ligne de chemin de fer a été construite de la branche Torrevieja-Albatera à Las Salinas et une autre ligne à voie étroite, de celles-ci à la jetée. Ce deuxième aspect concernait l’élimination du transport du sel au moyen de voitures.

En 1931 pour son récent développement dans l’agriculture, l’industrie et le commerce, S.M.D. Alphonse XIII, accorde à Torrevieja, par le décret royal n ° 571, le titre de ville.

En raison d’une révolte politique de plusieurs qui a eu lieu en 1936, l’église paroissiale de l’Immaculée Conception a été incendiée. L’incendie était total et seuls les murs restaient debout.

En 1937, le ministère des Finances a résilié le contrat de location de Salinas à la société Unión Salinera Española, qui est devenue dépendante de la Direction générale des propriétés et de la contribution territoriale, correspondant à la suppression du maire de Torrevieja, assisté des syndicats, et au gouverneur civil d’Alicante.

Du 26 septembre au 9 décembre 1939, Don Joaquín Chapaprieta Torregrosa de Torrevieja a été président du gouvernement de la Deuxième République.

En 1952, la nouvelle modernisation des Salinas implique la construction par l’État du barrage de Poniente et de la Muelle de la Sal. Les travaux sont achevés en 1958.

En 1953, un arrêté du ministère des Finances a été publié, qui prévoit que des zones de terres appartenant aux municipalités d’Almoradi, Guardamar del Segura, Rojales et Orihuela sont ajoutées à la municipalité de Torrevieja.

Le conseil municipal de Torrevieja, en 1997, présidé par son maire, Don Pedro Hernández Mateo, signe l’acte par lequel la municipalité de Torrevieja devient propriétaire des ères historiques de la Sal.

En 1999, Torrevieja est nommé chef du Parti judiciaire nº13 de la province d’Alicante. Sa juridiction comprend les municipalités de Guardamar del Segura, Rojales, Los Montesinos, Benijófar, San Miguel de Salinas et Torrevieja.

Les Salinas

L’histoire de Torrevieja est liée à celle des mines de sel, qui pendant des siècles ont rapporté de nombreux avantages à la Couronne. Le roi pouvait accorder des remerciements et des faveurs à ses alliés en cadeau à perpétuité, bien qu’avec l’interdiction absolue de les céder à des individus. Les marais salants de La Mata et Torrevieja étaient considérés comme des réserves royales, appartenant traditionnellement à la Couronne.

Le 11 janvier 1273, un privilège d’Alfonso X autorise tous ceux qui résident dans la ville d’Orihuela à prendre du sel pour leur consommation des principales salines qui sont à leur terme, c’est-à-dire des salines de Torrevieja. Quarante-huit ans plus tard, en 1321, c’est l’Infant D. Sancho, fils d’Alphonse XI, qui accorda à perpétuité les Salines de Torrevieja au Conseil d’Orihuela, à l’exception de celles de La Mata. Le don a interdit la vente desdites salines, leur engagement ou leur changement et a puni financièrement toute personne ayant osé s’opposer à ce don devant indemniser le Conseil pour tous les dommages subis pour cette raison.

Au milieu du 14e siècle, les marais salants de La Mata, qui restaient la prérogative royale, ont été promis par Pedro I, un monarque castillan, à ses alliés génois en échange d’une aide navale contre l’Aragon. En 1364, Pedro IV le Cérémonieux, remerciant le Conseil d’Orihuela pour la défense de la ville en tant qu’allié de la Couronne d’Aragon et sa nomination comme seigneur de celle-ci, lui accorde divers privilèges tels que l’incorporation d’Orihuela à la Couronne d’Aragon, l’exemption paiement de 15 000 livres de loyer et don perpétuel des marais salants de La Mata.

1389-1759 La lagune de Torrevieja en tant que projet de pisciculture.
Au Moyen Âge, les salines de La Mata étaient, avec celles d’Ibiza, les deux centres de production de sel les plus importants de la Couronne d’Aragon. La prépondérance de celles-ci contraste avec la production de la lagune de Torrevieja, nettement inférieure par rapport à la demande. La location, qui était la forme d’exploitation des marais salants, s’est effectuée naturellement en fonction de la production qui pouvait en être extraite.

Les marais salants de Torrevieja, en raison de leur insuffisance, ont créé un désintérêt pour les propriétaires de telle manière que le Conseil d’Orihuela a décidé de le convertir en une lagune de pêche. Pour cela, il a demandé la permission au monarque Juan I, autorisant les Cortes de Monzón à construire un canal de communication entre la mer et la lagune; un fossé par lequel la contribution de l’eau entrerait pour le développement du poisson. Cependant, le projet de convertir le lac salé en une lagune était tous des inconvénients.

En 1500, la communication avec la mer a été coupée en raison des dommages subis par l’est fort, Orihuela devant reprendre la réparation, sans obtenir un bail de 25 ans en échange de la reconstruction du canal. Les travaux se sont terminés en 1509 à la charge de la Ville. Encore une fois, l’entretien de la lagune était très cher. D’autre part, les salines de la Mata en dessous de son niveau ont été endommagées et, plus important encore, le niveau élevé de salinité a empêché la vie animale.

En 1758, le lagon s’était complètement asséché. Dans l’acte du 11 octobre, l’ordre de la Couronne est exprimé pour mettre à jour la lagune, la ville répondant qu’elle n’a pas de flux pour les frais de travaux et d’entretien et est donc exonérée de l’obligation. L’État accepte un renversement de la lagune, fait qui a été rendu effectif par arrêté royal du 12 juillet 1759. La possibilité d’augmenter la production de sel a conduit l’État à tester les premières extractions, ce qui entraînerait le début de la prépondérance de sel de la lagune de Torrevieja au XVIIIe siècle.

L’exploitation et l’administration des revenus salins dans les marais salants de La Mata.

La lagune de La Mata était entièrement utilisée pour l’extraction du sel, monopole de la Couronne et location de son exploitation à des particuliers. L’approvisionnement du Royaume était une priorité, le surplus étant exporté par Guardamar, Alicante et Santa Pola. En raison de ce système de location, l’extraction du produit a été opposée au veto des voisins.

Jusqu’au XVe siècle, les propriétaires étaient des habitants des villes voisines d’Orihuela, Guardamar et Alicante; en 1465, la Couronne les loua à Luis de Santángel, marchand de Valence, et plus tard par Royal Privilege à ses héritiers Luis et Jaume Santángel. Les propriétaires du droit au sel du Royaume de Valence avaient le bail pour une période de trois ans. Plus tard, à la fin du XIVe siècle, il a été créé pour quatre ans, renouvelable pour quatre autres.

Le système d’extraction suivi consistait simplement à attendre l’évaporation des eaux du lagon, circonstance survenue au printemps et en été. Les rives ont été caillées de croûtes de sel qui ont été déchirées avec des haches et d’autres instruments rudimentaires, puis transportées par chevalerie à travers des sentiers appelés passerelles, qui sont situés dans la lagune elle-même.

L’expédition du sel a été effectuée à l’embarcadère de la Torre de las Salinas, où en plus du sel pour le Royaume de Valence, il a également été expédié pour le Royaume de Galice et à l’étranger, atteignant un commerce maritime actif avec l’Italie. Il convient de noter qu’à La Mata, un noyau de population a commencé à se créer à partir des travailleurs des villes voisines consacrés aux tâches du sel, employés dans les salines et les tours. Le fait est démontré par la construction de la paroisse en 1772.

L’extraction commence dans la lagune de Torrevieja. Ses conséquences.

Les premières expéditions ont été effectuées par la vieille tour car c’était le point le plus proche des marais salants et celui qui offrait les meilleures conditions pour l’accostage des navires. Depuis le début des expéditions à la nouvelle jetée de la vieille tour, Orihuela a rempli une ancienne aspiration, celle d’avoir un port pour ses exportations, privilège qu’elle a perdu au XVIIe siècle lorsque les tribunaux du royaume de Valence ont ordonné le commerce maritime via le port d’Alicante. .

A l’occasion de l’extraction et du transport du sel, les premières maisons sont construites. La population commence à augmenter et la contribution de la population provient principalement de Campo de Salinas, Guardamar, Rojales et Campo de Cartagena. L’exploitation du sel est un déclencheur du développement démographique et économique.

En 1777, un commerçant a été autorisé à créer une épicerie afin de permettre aux habitants d’acheter plus facilement de la nourriture moins cher qu’à Guardamar, la même année où la séparation d’Orihuela a été décrétée. Pendant ce temps, le sel de La Mata continue d’être acheminé par la Torre de las Salinas, où en 1792 une nouvelle jetée commence à être construite sur un site appelé “las peñetas”. Avec l’augmentation de la population, en 1789, le premier ermitage a été construit avec son propre vicaire et payé par le trésor royal.

En 1803, Carlos IV approuve le plan de la ville et lui donne le nom de Torrevieja. Pour le service, un commis aux recettes, un médecin et un professeur de premières lettres ont été mis en place pour le compte du Trésor. Le sel de la nouvelle solution saline a été très bien accueilli par les étrangers, apparaissant plus fort car il est plus sombre que celui de La Mata, mais moins cher, car ils peuvent désormais être chargés directement depuis la jetée de Rada de Torrevieja.

La procédure d’extraction a été l’évaporation du lagon, certaines zones ont été marquées, les routes où le sel recueilli uniquement des berges a été empilé.

Les âges du sel

L’ensemble des Eras de la Sal est composé de deux piles; celui de l’ouest construit en 1776 avec le gisement de sel, celui de l’est en 1829 et une parcelle attenante qui constituait le gisement de sel. Jusqu’à la fin de 1958, son objectif était le stockage et le chargement du sel. À la suite de la transformation industrielle des salines, avec la construction du quai de sel ou Poniente de Poniente, les installations ont été abandonnées, procédant à la démolition de l’ancien quai de chargement en bois construit sur le quai est et à la levée de la voie ferrée du chemin de fer salière.

Après le tremblement de terre de 1829, l’époque et la jetée ont été gravement endommagées. Plus tard, après avoir été reconstruits trois ans plus tard et en raison d’une tempête, ils ont à nouveau été endommagés et une deuxième réparation a été effectuée. En tombant en désuétude les installations ont été exigées par la municipalité sans succès.

Histoire de la municipalité

Conseil municipal de Torrevieja. Début et premières années de l’histoire.

En 1803, le plan de la nouvelle ville a été approuvé, le donnant au nom de Torrevieja. Au nom des bureaux du Trésor Royal ont été construits, un entrepôt pour le dédouanement des sels, un quai pour l’expédition, un ermitage pour le culte divin avec un prêtre et un sexton, un four a été construit et une épicerie a été créée pour le service public; il était doté d’un commis aux recettes, d’un médecin et de l’enseignement primaire. Le magasin a été loué à Antonio Blasco Menor, un voisin de Guardamar, au nom et autorisé par le Trésor royal en 1777.

Il semble qu’en raison de la simple installation d’un magasin dans le pays de Realengo, il y ait eu des problèmes de concours, la ville d’Orihuela voulant l’emporter sur le Trésor royal. Comme données anecdotiques, nous pouvons voir que le matériel qui a été vendu dans ce magasin-boulangerie-taverne et la relation de prix donnent une idée du marché qui existait à l’époque, par exemple le fromage de Flandre, indique une fois de plus le transfert qui existait dans le dernier quart du XVIIIe siècle.

En 1810, nous avons trouvé un document qui représente une demande en forme pour obtenir un hôtel de ville et de la justice qui dénote un besoin continu d’ordonner la vie quotidienne de la ville. Un fait qui a été réalisé par les différents administrateurs des salines et, finalement, par le gouvernement central à travers le Trésor Royal. La population, de plus en plus, plaide d’une manière ou d’une autre pour la création d’une Mairie indépendante de l’ordre central.

Le 2 juillet 1830, la première mairie a été formée, étant le roi d’Espagne, Fernando VII, l’accord de l’Audience Royale de Valence, en tant que “Fonctionnaires Publics de la Place de Torrevieja” et l’envoi du dossier à l’Administrateur de la Saline. Dans l’acte capitulaire il y a un serment et une diligence de possession le 12 juillet 1830, et ils ont été convoqués à la maison d’habitation de “Contador de las Reales Salinas, à défaut de l’hôtel de ville” le même jour pour tenir la première session plénière, atteignant les accords suivants, le nettoyage des fournitures, la constitution d’un registre de quartier, la constitution de la mairie et du conseil de santé.

Evolution historique de Torrevieja

Quand il s’agit de parler de Torrevieja, il faut se référer au tremblement de terre du 21 mars 1829, les effets catastrophiques du tremblement de terre précité doivent être mis en évidence. José Agustín Larramendi a fait le plan de reconstruction de la ville avec la configuration caractéristique de la mode au siècle dernier: des rues tracées en damiers, parfaitement particulières et parallèles, formant des blocs de maisons rigoureusement carrés et perpendiculaires. Il est à noter qu’il n’y a aucune indication ni aucun nom de rue.

Il s’agit d’un plan silencieux dans lequel on peut connaître le nom des rues par de nombreuses références contenues dans les accords des actes pléniers du Conseil municipal correspondant aux années suivantes. Si les premières années ont été caractérisées par la nécessité urgente de faire face à la reconstruction, les années 40 sont un renforcement. Cela se traduit par l’augmentation considérable de la documentation municipale qui, en ce qui concerne la rue, voit apparaître des registres de population, des références aux noms de rues, une augmentation des travaux publics, la formation de routes, etc.

Lire Plus

VIDÉO DU TORREVIEJA

Lire la vidéo
spain-2968699_1920
FOTO 4
sunset-4370155_1920
DSC_0181
la-torre-mata-3541947_1920
DSC_0185

Si vous êtes intéressé par une villa ou un terrain pour construire une villa de votre choix, chez Houses In The Sun nous serons heureux de vous aider

Lors de l’envoi d’un formulaire, des données telles que votre adresse e-mail et votre nom stockées dans un cookie sont demandées afin que vous n’ayez pas à les compléter à nouveau lors de futurs envois.
En soumettant un formulaire, vous devez accepter notre politique de confidentialité.

Responsable des données: Gema Rodríguez Carrero.
Objectif: répondre aux demandes du formulaire.
Légitimation: Votre consentement exprès.
Destinataire: Gema Rodríguez Carrero (données stockées uniquement dans le client de messagerie).
Droits: Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation, de portabilité et d’oubli de vos données.

PLUS D'INFORMATIONS / RÉSERVER UNE VISITE

Si vous souhaitez plus d'informations ou si vous souhaitez réserver une visite à la maison pilote des villas Sun Breeze, n'hésitez pas à nous contacter.

ADRESSE

TELEPHONE & EMAIL

Hello!

Login to your account

Abrir chat